Aller au contenu principal

A10 : aménagement à 2x3 voies entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine

Le viaduc du Courtineau

Entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine, l’autoroute A10 franchit deux vallées majeures par l’intermédiaire de viaducs : l’Indre et le Courtineau.

Actuellement, le franchissement des deux principales vallées s’effectue pour chacun des sens de circulation par un viaduc indépendant. Le viaduc du Courtineau est situé sur le plateau de Sainte-Maure-de-Touraine à la limite de Saint-Epain. Il mesure 214 mètres de longueur et présente des piles très hautes, permettant de franchir cette vallée très encaissée.

Les viaducs existants ne peuvent être élargis du fait de la structure de leurs tabliers et plus généralement, de leur dimensionnement qui ne permet pas de porter la charge supplémentaire apportée par l’ajout d’une voie. Le projet prévoit donc de créer un viaduc supplémentaire pour accueillir l’un des deux sens de circulation (3 voies). Les viaducs existants seront réaffectés à l’autre sens de circulation.

Compte tenu de la configuration du site et des contraintes techniques et environnementales, le nouveau viaduc se situe à l’est des viaducs existants, au droit du Courtineau. D’une longueur de 210 mètres, il est porté par deux piles. 

Viaduc du Courtineau A10

Avant que ne débutent les fondations des piles et des culées, un assainissement provisoire est mis en place avec des bassins filtrants et un pont provisoire est installé pour franchir le cour d’eau du Courtineau, tout en respectant le milieu environnant. Les travaux préparatoires consistent également à renforcer la chaussée de la route du val de Courtineau afin de stabiliser les accotements. De plus, la route est déviée sous les viaducs pour permettre au chantier de se dérouler en toute sécurité.

Le futur viaduc du Courtineau repose sur 4 appuis : 2 piles et 2 culées.

Les fondations diffèrent selon la nature des sols. La pile nord (côté route) est fondée superficiellement et ancrée dans la roche par une semelle en béton de 8x4x2,5 mètres tandis que la pile plus au sud repose en profondeur sur 6 pieux de 1,8 mètres de diamètre et 20 mètres de hauteur. Pour cette seconde pile, un batardeau est réalisé pour l’étanchéité.

Une fois les fondations achevées, l’élévation des piles peut débuter. Pour construire ces piles ajourées qui mesurent respectivement 18 et 26 mètres de hauteur, trois grues à tour, hautes de 50 mètres, sont nécessaires.

Viaduc du Courtineau A10

Une fois les deux piles construites, des équipages mobiles sont installés à leur sommet. Ces structures coulent successivement 52 voussoirs courants de 3,25 mètres de long formant des fléaux afin de construire le tablier. En effet, le viaduc du Courtineau est un ouvrage en béton précontraint de hauteur constante et son tablier est construit par encorbellements successifs, c’est-à-dire que chaque voussoir est coulé en encorbellement par rapport au voussoir précédent. Cette construction est réalisée symétriquement de part et d’autre d’une pile.

Viaduc du Courtineau A10

Le voussoir de clavage, c’est un peu comme la dernière pièce du puzzle formant le tablier de l’ouvrage. Il relie deux fléaux entre eux.

Viaduc du Courtineau A10

Cette étape consiste à réaliser la chaussée et installer les équipements de sécurité et les écrans acoustiques de chaque côté du viaduc.

Des enrobés BBTM (béton bitumineux très minces) sont appliqués sur le viaduc comme sur l’ensemble du tapis général entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine à l’issue des travaux d’élargissement. Ces enrobés permettent, en complément des écrans acoustiques, de réduire le son émanant de l'autoroute.

Viaduc du Courtineau A10

Les deux viaducs existants sont affectés au sens de circulation Tours>Poitiers. Le nouveau viaduc porte quant à lui les trois voies de circulation du sens Poitiers>Tours.