Aller au contenu principal

A10 : aménagement à 2x3 voies entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine

Le suivi environnemental

L’aménagement de l’autoroute A10 entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine s’accompagne de mesures environnementales qui visent à préserver la flore et la faune remarquables. Des mesures d’évitement, de réduction et de compensation environnementales ont été formulées dans la phase d’études et regroupées dans l’étude d’impact. Pour mesurer leur efficacité, un suivi scientifique et écologique a démarré dès le début des travaux et sera poursuivi au-delà du chantier.

Moderniser l’A10 est une opportunité pour mieux intégrer l’autoroute dans son environnement. Dans cette logique, dès la phase de conception, les études ont été réalisées dans le but de réduire les éventuels effets de l’aménagement sur l’environnement. Ensuite, pendant la phase de travaux, l’aménagement est mené dans le respect de la biodiversité locale. Toutes les mesures sont prises pour minimiser les effets du chantier sur l’environnement et pour protéger faune et flore locales. Un suivi environnemental est réalisé par un bureau d’études indépendant conformément à l’article 52 de l’arrêté interpréfectoral d’autorisation environnemental unique du 24 juillet 2018. Il évalue deux principaux volets :

  • Un suivi de la flore invasive (plantes exotiques envahissantes) pendant et après le chantier. Il a pour objectif de surveiller l’apparition et le développement d’espèces invasives aux abords du chantier, notamment au niveau des secteurs concernés par les défrichements et les mouvements de terre.
  • Un suivi des mesures écologiques mises en place concernant la faune et la flore.

Dans le détail, le suivi scientifique et écologique s’applique aux espèces suivantes :

  • la flore au niveau des mises en défens et des zones humides
  • la flore invasive
  • les grenouilles (et plus largement les amphibiens) dans les mares mises en défens et les mares de substitution
  • les libellules (ou odonates) des mares et cours d’eau
  • les oiseaux (ou avifaune)
  • les papillons de jour (ou rhopalocères) des pelouses calcicoles
  • les gîtes à chauves-souris (ou chiroptères) au niveau des ponts


Les suivis sont réalisés deux à quatre fois par an selon les espèces ciblées. Parmi elles, on trouve par exemple la fleur Fritillaire pintade, l’orchidée Orchis pyramidal ou encore le papillon Azuré du Serpolet.

Ce suivi sera poursuivi au-delà et travaux et certaines mesures seront réalisées jusqu’à 10 ans après la fin du chantier.

 

Proche pelouse calcicole, autoroute en arrière plan

envieonnement, valée de Courtineau

Zone sensible

 

Zoom sur

Champ avec arbre au centre

L’autorisation environnementale unique : point de départ du suivi écologique
Avant de démarrer tout chantier, les différentes procédures et décisions requises pour un projet devant recueillir des autorisations au titre de la protection des installations classées, loi sur l’eau, dérogation à l’interdiction d’atteinte aux espèces et habitats protégés, autorisation de défrichement, etc., sont regroupées au sein de l’autorisation environnementale unique. En 2017, parallèlement à plusieurs mois d’études et de rencontres avec le territoire, VINCI Autoroutes a fourni aux préfectures d’Indre-et-Loire et de la Vienne un dossier de demande d’autorisation environnementale pour la mise à 2x3 voies de l’A10 sur 24 km entre la bifurcation A10/A85 et l’échangeur de Sainte-Maure-de-Touraine. La commission d’enquête a rendu, le 18 avril 2018, un avis favorable à la demande d’autorisation environnementale. Le 24 juillet 2018, les préfectures ont publié l’arrêté d’autorisation environnementale unique au titre du code de l’environnement.