Aller au contenu principal
A10 : aménagement à 2x3 voies entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine

L’archéologie préventive

L’archéologie préventive est un préalable à tout projet d’aménagement autoroutier. La méthodologie employée permet de détecter, caractériser, circonscrire et dater d’éventuelles occupations humaines. Elle regroupe diagnostics et fouilles archéologiques.

Diagnostics archéologiques


Dans le cadre de l’aménagement de l’autoroute A10 entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine, le préfet de la région Centre-Val de Loire a pris des arrêtés prescrivant des diagnostics archéologiques.

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) est en charge de mener ces interventions, financées par une redevance dont VINCI Autoroutes s’acquitte en tant qu’aménageur. Les archéologues de l’Inrap sont intervenus en 2018 et 2019 sur huit tronçons à diagnostiquer, couvrant 10 % de la surface du projet d’aménagement de l’A10 entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine.

Fouilles archéologiques


À l'issue des diagnostics, l’Inrap a remis ses rapports (un rapport par tronçon archéologique) au Service régional de l’archéologie (SRA). Des fouilles ont alors été prescrites sur deux sites : à Veigné et Saint-Epain.

Une chance de connaître notre histoire

Les travaux d’aménagement de l’autoroute A10 sont l’occasion d’en savoir davantage sur notre histoire ancienne. Les fouilles, menées en 2020 à Veigné et Saint-Epain, ont permis aux archéologues de l’Inrap de recueillir de manière exhaustive les données permettant de reconstituer l’histoire de ces deux sites et de leurs occupations humaines à travers les siècles. Plusieurs vestiges ont été mis au jour. Ils ont alors été répertoriés, enregistrés et documentés grâce à des relevés topographiques, des photographies ou encore des dessins. Dans un second temps, les données scientifiques recueillies sur le terrain sont exploitées par les archéologues afin de reconstituer aussi précisément que possible l’histoire des sites concernés.

Des vestiges de plus de 2 000 ans sortis de terre

Des vestiges de plusieurs installations gallo-romaines et médiévales ont été découverts. Certains sont majeurs pour l’avancée de la connaissance archéologique dans la région Centre-Val de Loire.

  • À Veigné, la présence de trous de poteau et de fosses a révélé un site occupé dès l’âge du Bronze final (950-800 av. J.-C.). L’occupation du site se poursuit à l’époque romaine où plusieurs ensembles maçonnés ont été mis au jour.
  • Un bâtiment et une cuve liés à la production de vin dans une villa gallo-romaine témoignent pour la première fois de la fabrication de vin en Touraine au cours de l’Antiquité.
  • Les archéologues ont également excavé une vingtaine de sépultures couvrant plusieurs périodes chronologiques.
  • À Saint-Épain, les vestiges ont révélé l’existence d’une ferme du début de l’Antiquité (entre le Ier et le IIe siècle).

Fin 2022, l’Inrap remettra son rapport final d’opération au service régional de l’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Centre-Val de Loire.

Archéologue réalisant une fouille à Saint-Epain

Archéologue réalisant une fouille à Veigné

Jarre antique

Squelette découvert à Veigné

Zoom sur

Pelleteuse

Calendrier 

  • Prescriptions des diagnostics par arrêtés du Préfet de Région : 7 août 2017 (dont 7 ont été modifiés le 15 juin 2018)
  • Signature convention Cofiroute – Inrap : 3 août 2018
  • Diagnostics archéologiques : septembre 2018-juin 2019
  • Fouilles archéologiques à Saint-Epain et Veigné : mai-octobre 2020 
  • Analyse des fouilles : 2021-2022
  • Remise du rapport final d'opération par l'Inrap : 2e semestre 2022