Aller au contenu principal
A10 : aménagement à 2x3 voies entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine
Compagnons sur un pont en construction Portrait Eric Milliat, Colas Projects
Interview
24 septembre 2021

Eric Milliat : le chef d’orchestre du chantier

Éric Milliat est directeur de projet pour le groupement d’entreprises Colas Projects, Colas Territoire Ouest, Bouygues Construction et Aximum. Il réalise pour VINCI Autoroutes les travaux d’aménagement de l’A10 entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine (hors viaducs de l’Indre et du Courtineau). Véritable chef d’orchestre, il donne le LA pour réaliser une autoroute conjuguant performances et technicité. Entretien.

Quel est votre rôle sur le chantier d’aménagement de l’A10 ?

J’ai, en quelque sorte, un rôle de facilitateur dans l’exécution des travaux. Je fais appliquer la sécurité, la qualité et m’assure des bonnes relations entre les différents interlocuteurs du groupement d’entreprises : VINCI Autoroutes, la maîtrise d’œuvre (Ingérop) et le territoire.

Nous sommes aujourd’hui à mi-parcours. Quels travaux sont achevés et que reste-t-il à réaliser ?

Tout d’abord, lorsque l’on engage des travaux d’élargissement, on a parfois l’impression qu’il suffit d’ajouter une voie de chaque côté de l’autoroute. Or c’est beaucoup plus complexe que cela. Au démarrage, nous avons défriché les futures zones de travaux, dévoyé des réseaux d’énergies et de télécommunication là où cela était nécessaire et créé un réseau d’assainissement provisoire qui récupère les eaux de pluies des voies circulées et du chantier. Ce réseau de 80 bassins provisoires marque le top départ des travaux. Viennent ensuite l’aménagement des ponts qui traversent l’autoroute, la création des bassins définitifs, et bien sûr, les travaux de terrassement, chaussées et équipements de sécurité de la 3e voie. Depuis le début des travaux, nous avons élargi et construit 16 ouvrages hydrauliques, 10 passages supérieurs et 4 passages inférieurs dont quelques-uns sont encore en cours d’aménagement. D’ici la fin d’année, tous seront mis en circulation. Sur autoroute, environ 15 km sont élargis. Les 10 derniers kilomètres, situés à Sorigny et Saint-Epain, commencent l’étape des terrassements.

Quelles sont les spécificités de ce chantier ?

La principale spécificité de ce chantier d’aménagement est de réaliser les ponts, bassins et 3e voie en parallèle. Cela signifie que tous les métiers sont représentés au sein du même groupement : nous travaillons avec des ouvragistes, des terrassiers, des équipes chaussées VRD (voirie et réseau divers) et équipement de sécurité. Cela demande une grande organisation dans la gestion des phases de travaux. Malgré ces précisions extrêmes dans la gestion des plannings, nous restons dépendants du trafic et des aléas climatiques, comme cela a été le cas lors de la vague de froid de l’hiver dernier, ou encore, pendant les fortes précipitations de janvier et juin 2021.

Quel regard portez-vous sur ce chantier ?

Je trouve ce chantier passionnant car tous les métiers sont représentés. En moyenne, 300 personnes travaillent sur le chantier. Travailler en proximité avec tant de métiers permet d’échanger avec des personnes qui ont des connaissances à la pointe de certaines techniques. Par ailleurs, l’interaction avec le voisinage est réelle. Il faut composer avec toutes les personnes concernées : les usagers de l’autoroute, les exploitants, les élus, et en premier lieu, les riverains. En plus des travaux, je considère que cela fait aussi partie de mes fonctions de répondre aux besoins du territoire.
 

   > Retrouvez cette interview dans le magazine HORIZON A10 n°6 : La 3e voie se profile
   > Lire aussi : Un chantier qui soutient l'emploi