Aller au contenu principal

A10 : aménagement à 2x3 voies entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine

fouilles archéologiques chantier A10 fouilles archéologiques chantier A10
Archéologie
19 Juin 2020

Journées Européennes de l'Archéologie (19, 20, 21 juin) : à la recherche du temps perdu ...

A l'occasion des Journées Européennes de l'Archéologie qui se tiennent ces 19, 20 et 21 juin 2020, nous vous emmenons à Saint-Epain sur le premier site concerné par des fouilles archéologiques dans le cadre de l'aménagement de l'autoroute A10 entre Veigné et Sainte-Maure-de-Touraine. 

Des diagnostics aux fouilles

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a été chargé de mener les diagnostics archéologiques en amont des travaux d’aménagement de l’autoroute A10. A l’issue de ces diagnostics sur huit tronçons archéologiques, des fouilles préventives ont été prescrites par le Service Régional de l'Archéologie (SRA) sur deux sites à Veigné et Saint-Epain. 

Une chance de connaître et protéger notre Histoire

Les travaux de l’aménagement de l’autoroute A10 sont l’occasion d’en savoir davantage sur notre histoire ancienne. Les fouilles préventives prescrites vont en effet permettre aux archéologues de l’Inrap de recueillir de manière exhaustive toutes les données permettant de reconstituer l’histoire de ces deux sites et de leurs occupations humaines à travers les siècles. Lorsqu’un vestige est mis au jour par ces fouilles, il est alors répertorié, enregistré et documenté grâce à des relevés topographiques, des photographies ou encore des dessins. Dans un second temps, les données scientifiques recueillies sur le terrain sont exploitées par les archéologues afin de reconstituer aussi précisément que possible l’histoire des sites concernés.

Où et comment chercher ? 

Débutées en juin 2020 à Saint-Epain, les fouilles archéologiques ont commencé par un décapage à la pelle mécanique de la terre végétale sur les zones définies afin d’atteindre la couche à explorer. Les conducteurs des pelles mécaniques sont spécifiquement formés pour intervenir sur les chantiers de fouilles archéologiques. Le calme et la minutie sont deux qualités essentielles pour cette étape comme pour les suivantes. Puis, sur ce site vaste d'un hectare, les archéologues observent attentivement tous les indices que peuvent révéler les sols (différences de natures, de couleurs, de concentration ...). Ils établissement alors une cartographie précise et commencent à creuser manuellement et méthodiquement. La fouille se fait le plus souvent par moitié afin de laisser apparaître des coupes qui permettent de comprendre la dynamique de comblement de la structure.De plus, un géomorphologue de l'Inrap est intervenu pour étudier précisément la séquence sédimentaire et déterminer jusqu'à quelle profondeur il convenait de mener ces fouilles. 

Le trésor, c'est la connaissance de notre Histoire

Une fouille archéologique est l'occasion de sauvegarder l'information scientifiquement mais aussi de préserver la connaissance de notre Histoire. Comprendre l'histoire du site, l'histoire des occupations humaines est notre objectif. Sandrine BARTHOLOME, Archéologue - Inrap.